Et pendant ce temps là dans le monde #1

Le pôle presse vous propose une rubrique dédiée à l’actu internationale passée sous silence en raison de la saturation des informations par le Covid-19. Voici un tour du monde des nouvelles qui ne sont pas liées à la pandémie. 

Au programme: La dépénalisation de l’avortement en Nouvelle-Zélande, les tensions migratoires au large de la frontière gréco-turque,  les primaires démocrates aux Etats-Unis, les négociations sur l’avenir d’Idlib (Syrie) et l’expulsion de journalistes américains par la Chine. 

 

La Nouvelle-Zélande dépénalise l’avortement

La première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, le 13 mars. Source : SANKA VIDANAGAMA / AFP

En 1950, la Troisième Assemblée mondiale de la Santé a défini la mort fœtale comme « le décès d’un produit de conception, lorsque ce décès est survenu avant l’expulsion ou l’extraction complète du corps de la mère indépendamment de la durée de la gestation ». Selon l’OMS, la définition de l’avortement varie considérablement de pays en pays ainsi que les pénalités qui suivent. En Nouvelle-Zélande, l’interruption volontaire de grossesse était jusque-là la seule procédure médicale qui demeurait un délit et les femmes qui souhaitent se faire avorter devaient faire face à des nombreux obstacles. Terry Bellamak, présidente de l’association pour le droit à l’avortement Abortion Law Reform Association of New Zealand explique que « Il faut mentir à un médecin pour avoir accès à un soin médical ». Ce mercredi 18 mars, le Parlement a voté en faveur de la dépénalisation de l’avortement. Cette réforme, adoptée par 68 voix contre 51, formait partie des promesses de campagne de Jacinda Arden, la première ministre du pays car avant d’être un crime, cet acte demeure un choix libre de chaque femme et relevant pour des raisons médicales.

 

Les tensions migratoires au large de la frontière gréco-turque

Selon la section grecque du Haut-commissariat des réfugiés, environ 20 000 migrants seraient actuellement le long de la frontière gréco-turque.


Les migrants se dirigent vers la frontière grecque après être sortis d’un train en provenance d’Istanbul, près de Pazarkule (Turquie), le 28 février. Source : BULENT KILIC / AFP

En effet, depuis quelques semaines, plusieurs familles se dirigent vers l’Europe plus précisément en Grèce alors que la porte est fermée. Gaz lacrymogènes, grenades assourdissantes, les tensions continuent de monter en Kastanies Evros, une petite localité au nord-est du pays face à l’afflux de migrants venus de Turquie. A défaut de ne pas trouver d’emploi dans leur pays, ces migrants espèrent retrouver une vie plus décente ici en Grèce mais les grecques sont loin de les accueillir à bras ouverts. Près de 10 000 migrants se sont vus refuser l’accès sur le territoire et les forces armées ainsi que la police ont été renforcées afin de surveiller de près les frontières du pays. Le gouvernement grec qualifie cette situation comme étant « une menace directe pour la sécurité nationale » du pays et impose des mesures d’urgences qui donneront lieu à des expulsions rapides. L’union Européenne a promis à Athènes tout le nécessaire afin de lutter contre cette situation ; 700 millions d’euros seront alloués au pays ainsi que du soutien de l’agence européenne de surveillance des frontières, Frontex. 

 

Joe Biden en bonne voie pour les primaires démocrates (Etats-Unis) 

Source: Brendan McDermid/ Reuters

Dans la course à l’investiture du parti démocrate pour les élections présidentielles, le candidat et ex Vice Président sous l’administration Obama prend de l’avance. En effet, si les primaires sont relativement récentes en France, elles constituent une étape essentielle de la course à la Maison Blanche. Chaque Etat dispose d’un nombre de délégués à élir (en fonction de son poids démographique et de sa couleur politique), qui seront présent lors de la grande convention démocrate qui se tient généralement en été, et qui élit le candidat démocrate. Le candidat Joe Biden est désigné comme favori, prenant de l’avance face à Bernie Sanders alors qu’il y a quelques semaines seulement il peinait à faire de bons scores dans les premiers Etats. Biden dispose à ce jour de plus de la moitié des 1991 voix nécessaires à le faire élire lors de la convention, et continue d’en récolter. 

 

Négociation sur l’avenir d’Idlib en Syrie 

Source: AP

Malgré la crise sanitaire actuelle, les dirigeants européens ont encore d’autres urgences  à régler. Ce mercredi 17 mars, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Boris Johnson et Recep Tayyip Erdogan se sont entretenus lors d’un “télésommet” à propose de la situation d’Idlib. Le 5 mars, Erdogan et Poutine avaient conclu un nouvel accord de cessez-le-feu, fragile mais permettant de freiner l’escalade sur le terrain. Sur le terrain, la Russie et la Turquie ont entamé dimanche 15 mars des patrouilles conjointes dans la province rebelle de Idlib, rencontrant une vive opposition de la population et des combattants djihadistes qui tiennent la zone. Personne d’ailleurs ne se fait d’illusion sur la durée de la trêve que les deux pays ont négocié au début du mois, le président syrien Bachar Al Assad étant déterminé à reconquérir l’intégralité de son territoire. Le Turquie est désormais à la recherche d’une aide européenne. 

 

Des journalistes du New York Times, du Wall Street Journal et du Washington Post expulsés de Chine

Source: GREG BAKER / AFP

Mercredi 18 mars, le ministère chinois des affaires étrangères a donné dix jours aux reporters travaillant dans le pays pour le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post, « dont la carte de presse expire en 2020 », pour rendre celle-ci. « Ils ne seront plus autorisés à travailler comme journalistes en République populaire de Chine, y compris dans les régions administratives spéciales de Hongkong et de Macao », annonce le communiqué du ministère. Cette mesure vise à «répondre aux restrictions discriminatoires que les Etats-Unis ont imposées aux journalistes chinois». La Chine fait ici référence à l’emploi de l’expression “virus chinois” par le Président américain Donald Trump pour qualifier le Covid-19. Cela constitue la mesure la plus draconienne jamais prise par les autorités chinoises contre les médias étrangers.

 

 

Priyanka Appadoo & Maïlys Ghazaouir 

Press Team




Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *