Le Lyon MUN participe à La Fabrique Défense

La Fabrique Défense est un événement tourné vers la jeunesse afin de forger un lien avec les armées et la défense. Lancée en 2019 à Paris, cette initiative part d’une volonté portée par la Ministre des Armées Florence Parly et a pour but de rassembler les acteurs incontournables de la défense française et européenne en collaboration avec d’autres associations, universités et institutions et de sensibiliser et échanger avec des jeunes. Ce mercredi 15 janvier à l’Hôtel de Région à Lyon, les étudiants ont pu assister à des conférences-débats, tables rondes et témoignages. L’évènement se poursuivra dans la capitale française ce vendredi 17 janvier et samedi 18 janvier. L’université Jean Moulin Lyon 3 est investi dans ce domaine au travers de ses parcours, tel que le Master 2 sécurité internationale et défense.L e Lyon MUN était présent lors de cette journée, voici un compte rendu.

Mini MUN : L’utilisation d’armes explosives en zone urbaine

Le mini-MUN de la journée, organisé par l’équipe du Lyon MUN simulait le Conseil de Sécurité sur un questionnement des plus actuels : « L’utilisation d’armes explosives en zone urbaine ». Certaines régions étant particulièrement visées par des bombardements, la protection des populations civiles constitue une des préoccupations principales des Nations Unies ainsi que d’autres associations humanitaires. Le président du Comité International de la Croix-Rouge et le Secrétaire-Général de l’ONU ont notamment lancé un appel conjoint, en septembre dernier, soulignant la nécessité d’éviter l’emploi d’armes explosives à large rayon d’impact dans des zones peuplées.

Ainsi, après avoir énoncé leur position quant aux conventions réglementant l’usage de ces dites armes, les délégués d’un jour se sont lancés dans l’élaboration de nouvelles réglementations, sous l’impulsion de la Fédération de Russie. Si les Etats-Unis ont fait preuve de pragmatisme en affirmant que le seul respect des conventions existantes suffirait, la France a affirmé la nécessité de se tourner vers des technologies dont le rayon d’impact est plus sûr, et donc réduire la vente des armes les moins précises. Les délégués chinois et belges ont adhérés à ces propos en émettant une réserve : comment contrôler les achats d’armes par les acteurs non-étatiques qui sont souvent à l’origine de ces bombardements ?

Par ailleurs, les délégués ont souligné la difficile tâche de définitions des termes qui constitueraient leurs résolutions. A partir de combien d’êtres humains, ou vivants,  une zone devrait-elle considérée comme peuplée ? La seule existence d’habitations en « dur » permet-elle à une zone d’être qualifiée d’urbaine ? 

En somme, malgré la position américaine qui préconisait une définition propre à chaque Etat, un consensus semble avoir vu le jour : de nouvelles réglementations communes et donc une définition commune doit être établies afin d’épargner des victimes collatérales, les civils.

Guerre ou paix dans les étoiles ? 

« Nous pensons que la guerre dans l’espace, c’est pour demain mais tout se passe maintenant et les conflits ont lieu dans l’espace. » – Oliver Zajec, Maître de conférence à l’Université Jean Moulin Lyon 3, Directeur de l’IESD et Professeur à l’Ecole de Guerre

L’espace et ses enjeux stratégiques et juridiques au coeur nouvelles compétitions de puissance extraplanétaires étaient au centre de l’une des conférences de cette journée animée par Monsieur Oliver Zajec, accompagné de deux doctorants en droit international public du Centre de droit des espaces et des frontières (CDEF). Au cours de la conférence, nos intervenants ont fait part de l’ampleur qu’à pris le spatial dans les enjeux de puissance. En tant que quatrième milieu stratégique (avec la terre, la mer et l’air), l’espace constitue un lieu où les conflits géopolitiques se manifestent. 

Le domaine spatial fait désormais partie intégrante des logiques de défense. Ces dernières années, de nombreux pays ont vu naître leur propre Space Force ; La Russie et La Chine se sont lancées dans la course alors que les Etats Unis, acteur majeur du spatial stratégique, avaient déjà planté le décor de leur côté. L’Etat Américain a permis à SpaceX (officiellement Space Exploration Technologies Corporation), la société américaine spécialisée dans l’astronautique et le vol spatial d’évoluer et devenir ce qu’elle est aujourd’hui. Bien que rien ne soit pas véritablement joué, les acteurs politiques se multiplient et une épidémie d’agences spatiales voit le jour depuis cinq ans.  Singapour profite de sa position sur l’Équateur pour développer son potentiel spatial de défense et de stratégie. La Corée du nord a réussi sa lancée spatiale récemment, quant à l’Australie, le gouvernement a mis en place sa propre agence spatiale en 2018. De leur côté, l’Iran, le Nigéria et le Brésil font aussi des progrès intéressants afin de se joindre à la course.

Témoignage : Travailler dans le monde de la cybersécurité

Dans la cadre de cette journée qui avait pour but de mettre en relation la société civile et plus particulièrement les jeunes, avec le monde de la défense, plusieurs intervenants sont venus présenter leur parcours et leurs métiers.

Notamment, certains d’entre eux nous ont présenté un aspect de la défense en plein essor : le domaine de la cybersécurité. Il s’agit d’un type de défense qui met l’accent sur la protection et la prévention, en sécurisant au mieux l’accès aux systèmes numériques des entreprises mais aussi des institutions. Notamment, certaines équipes se mettent dans la peau de hackers pour essayer de s’infiltrer dans les systèmes, afin de repérer les potentielles failles et d’y remédier.

Il s’agit d’un domaine particulièrement important de la défense puisque des quantités considérables de données sont stockées sur des systèmes numériques, et ces derniers peuvent être, plus ou moins selon leur niveau de protection, piratés. Notamment, dans le domaine de la cyber sécurité il peut être questions de données sensibles détenues par des institutions ou bien des entreprises qui interviennent dans des domaines vitaux à la nation.

Grâce à l’évolution de la réglementation depuis plusieurs années (RGPD et Loi de programmation militaire), la France progresse dans le domaine, même s’il reste difficile d’atteindre le niveau de certains pays leaders dans le domaine. Toutefois, le secteur de la cybersécurité est d’avenir, et les opportunités de carrières particulièrement importantes. 

Appadoo Priyanka, El Khaouda Manal et Ghazaouir Mailys

Press Team

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *