Un Women : pour une égalité concrète ?


La femme subit encore aujourd’hui un statut social et juridique inégalitaire de par le monde. C’est pourquoi l’ONU a décidé la création d’une commission en Juillet 2010 pour améliorer ces statuts. Le but initial étant de trouver une meilleure coordination et une meilleure productivité dans les politiques menées aux niveaux des pays.

Peut-être pensez-vous ne jamais avoir entendu parler de cette organisation. Et pourtant,  Emma Watson, dont la Press Team vous a déjà exposé les interventions, en est une fervente porte parole. Parmi ses autres intervenants, on peut également citer le nom de Meghan Markle, l’actrice de Suits. Vous l’aurez compris : le rôle de cette organisation est de promouvoir, encourager, accompagner l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes dans le monde entier. Pour ce faire, UN Women s’appuie sur l’élaboration de normes mondiales, aide les États à exécuter les politiques par un soutien technique et financier puis promeut et sensibilise à la responsabilisation des femmes.

La France, un bon élève ?

Cette semaine, le ministère du travail français a publié des chiffres concernant le salaire français. En s’intéressant de plus près à la question des salaires homme et femme, on constate que dans l’hexagone la femme gagne 18,6% de moins que l’homme. Cet écart se creuse à 38,8% dans le milieu des finances et des assurances. Le travail des femmes pourrait aussi faire prospérer les économies et pourtant.

Nous vivons peut-être dans un génération un peu plus naïve, qui pense que l’égalité des sexes est quasiment acquise. Mais le fait est que beaucoup de femmes n’ont pas accès à l’emploi dans le monde et encore moins l’accès à des postes à responsabilités. Ce plafond de verre semble pourtant être une moindre peine de la discrimination à l’égard des femmes. Ainsi, dans certains pays, la femme n’a pas le droit de travailler, ou de conduire. Une organisation comme UN Women a un rôle important et essentiel pour impulser une nouvelle dynamique.

Un bilan sinistre

Une campagne assez révélatrice de la détresse, ou en tout cas de l’importance du sujet, peut retenir l’attention. Cette dernière s’attaque au sexisme apparent sur internet via une campagne d’affichages déstabilisante. Elle révèle que les recherches les plus courantes sur les moteurs de recherches sont formulées avec des phrases comme « women cannot … », « women need to … ». Le résultat est sans appel. Sexisme et discriminations sont de mise. Le but de cette campagne est de prôner la liberté de la femme. Sa meilleure considération en général.

De telles organisations sont nécessaires. Rien que par leur influence. L’adoption de résolution ne peut qu’encourager les pays à mettre en œuvre des politiques en faveur de la femme. Il est nécessaire aujourd’hui que les femmes puissent participer aux vies économique, sociale et politique, au même titre que les hommes. Elles représentent environ la moitié de la population mondiale et doivent pouvoir la représenter. Quant à Un Women, on pourrait déplorer un certain manque d’actions. L’organisation est très productive en ce qui concerne l’évaluation, la sensibilisation et la médiatisation des politiques à mener. Mais les normes n’étant pas les mêmes partout, et l’organisation restant internationale, les réels impacts restent difficiles à juger et évaluer.

– Alexandre CORRE VAILLANT.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *